Jean-Michel Guenassia - Le Club des Incorrigibles Optimistes

Publié le par SAM

Bienvenue du côté de chez SAM.

 

Qu’est-ce donc que le fameux Club des Incorrigibles Optimistes ? Jean Michel Guenassia, suite à une histoire qui lui a été conté, nous fait pénétrer ce lieu, arrière salle du Balto, un grand bistrot de la place Denfert-Rochereau tenu par des auvergnats, les Marcusot, où des réfugiés d’Europe de L’Est viennent jouer aux échecs.

 

Michel Marini âgé de douze ans en 1959 et ayant été accepté dans la club par ses deux fondateurs, Igor et Werner n’apprendra que vingt ans plus tard, de la bouche de Pavel, lors de l’enterrement de Jean Paul Sartre que l’écrivain et son ami, Joseph Kessel, aidaient ces réfugiés en leur trouvant un logement ou en leur prêtant de l’argent. Même s’il traite Sartre de « sale con et de révolutionnaire de salon », l’apatride Pavel reconnaît la générosité de l’existentialiste.

 

Grâce au retour dans le passé effectué par Michel, on obtient des informations quant au contexte historique de l’époque : la guerre d’Algérie à travers les lettres de son ami Pierre, les circonstances miséreuses de ces hommes qui ont fui leur pays et le quotidien tout simplement dans une société en mouvement.

 

Michel passe son temps à lire, jusqu’à garder son nez dans ses bouquins en se rendant au collège : « J'ai fini par classer les écrivains en deux catégories : ceux qui vous laissaient arriver à temps et ceux qui vous mettaient en retard."

Au club aussi où il trouve du réconfort et apprend à jouer aux échecs auprès de Leonid. Il se liera d’amitié avec Sacha, un réfugié rejeté par les autres du Club dont il ne connaîtra le secret qu’à la fin, avec la fermeture du Club en 1964.

Il rencontrera également l’amour en la personne de Camille, qui comme lui, a la fâcheuse manie de lire en marchant. Cette relation le confrontera à la dure réalité des différences de religion puisque la jeune fille est juive.

 

Ce roman est très intéressant d’un point de vue historique sans jamais tomber dans le documentaire. Le style romancé et les personnages attachants contribuent à en faire un récit passionnant.
On y trouve des réflexions sur la lecture : « Il y a dans la lecture quelque chose qui relève de l'irrationnel. Avant d'avoir lu, on devine tout de suite si on va aimer ou pas. On hume, on flaire le livre, on se demande si ça vaut la peine de passer du temps en sa compagnie. C'est l'alchimie invisible des signes tracés sur une feuille qui s'impriment dans notre cerveau. Un livre, c'est un être vivant. Les gens, rien qu'à les voir, vous savez à l'avance si vous serez leur ami. "

Sur le sens de la vie aussi : « On dit qu'il n'est pas nécessaire de réussir pour entreprendre, c'est une vérité profonde. Ce qui relève de la conviction et de l'espoir échappe à la logique. Quand un homme accomplit son rêve, il n'y a ni raison ni échec ni victoire. Le plus important dans la Terre promise, ce n'est pas la terre, c'est la promesse. »

Une autre : " Il y a des mystères qui soulèvent l'incompréhension et alimentent les discussions et les polémiques comme l'abominable homme des neiges, le monstre du Loch Ness ou les soucoupes volantes. Il n'existe pas plus de mystères que de beurre en broche. Seulement des menteurs, des faux-culs et des couillons. "

 

La semaine prochaine, nous découvrirons les « heures souterraines », le dernier roman de Delphine de Vigan.

 

En attendant, bonne lecture.

 


Diffusé le lundi 30 novembre 2009 à 18h20, le mardi 1 décembre à 8h45 et 16h20, le mercredi 2 à 14h45 et 23h45, le jeudi 3 à 11h45 et le vendredi 4 à 9h20, le samedi 5 novembre à 17h15 et le dimanche 6 décembre 2009 à 9h45 et 17h45 sur IS75.


A réécouter en podcast ici 

 

 

Publié dans Articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maria Magdalena Ivaldi 09/12/2009 17:10



J'attends ton résumé sur les heures souterraines,
Le titre me parle même si je ne connais pas
A bientôt :)



SAM 10/12/2009 20:07



Tu peux l'écouter sur la webradio aux horaires indiqués en bas d'article. Merci de ton passage.