Corinne Atlan et Zéno Bianu - Anthologie du poème court japonais

Publié le par SAM

Bienvenue du côté de chez SAM.

 

Le poème court japonais ou haïku est érigé au rang d’une forme d’art absolu par Bashô au XVIIème siècle. Ce poète-voyageur, suivi par ses disciples, fixe des règles strictes et précises pour la composition du haïku : 3 phrases de 5, 7 et 5 syllabes ; des mots de césure qui, en japonais, ponctuent chaque groupe de syllabes comme un arrêt sur image ; et un mot-saison.

Au cours du temps, l’utilisation du haïku s’élargit et sa composition se libère. Il va même s’exporter et être adopté par des poètes de toutes nationalités.

 

Le haïku peut se définir par les mots : mystère, imprévisibilité, et légèreté.

Ce petit poème doit faire vibrer en nous une corde sensible, tout en nous déroutant et ce,  avec simplicité. Ces quelques mots nous proposent une perception accélérée de l’instant, nous exposant l’invisible.

Le haïku doit aborder les thèmes de l’éternel et du minuscule. Il doit aussi être fidèle à un mot-saison, sorte de mot-clé, aujourd’hui très nombreux et que l’on retrouve dans des almanachs.

 

Dans l’« anthologie du poème court japonais », Corinne Atlan et Zéno Bianu ont rassemblé les meilleurs haïkus du XVème siècle à nos jours, triés par saison : printemps, été, automne, hiver, et les classe selon plusieurs catégories évocatrices : les passages de la saison, l’inventaire des cieux, la célébration du paysage, les hommes et les bêtes et le grand herbier.

Les haïkus inclassables constituent les Hors-Saison.

 

Voici un haïku de Masaoka Shiki ayant pour mot-saison le printemps :

 

Sur le sable du rivage

à chaque trace de pas

le printemps s’allonge

Un sur l’été de Ozaki Hôzai :

 

Sur la pointe d’une herbe

devant l’infini du ciel

une fourmi

 

Ryôkan nous propose un haïku sur l’automne : 

 

Jour après jour

tombe la bruine

la vieillesse me saisit

 

Un de Matsuo Bashô sur l’hiver :

 

Malade en voyage

mon rêve court

la lande en friche

 

Pour finir, un haïku hors saison de Kaneko Tôta :

 

C’est mon lac intérieur -

dans l’ombre rôde

un tigre noir

 

 

Diffusé le mercredi 12 à 8h15, 11h15 et 23h30, le vendredi 14 à 8h45, le samedi 15 à 10h15 et 17h50 et le dimanche 16 août 2009 à 19h45 sur IS75.

 

A réécouter en podcast ici 

 

 

Publié dans Articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chrystelyne 23/08/2009 14:18

J'aime beaucoup les haïkus  mais je prends surtout note  pour une amie qui est une vraie  fan !bises chrystelyne